Lors d’un coaching, le psycho-portrait  symbolique réalisé en amont a permis  de dévoiler certaines de vos attentes symboliques.  Trois contes ont été proposés. Ils regroupent les différentes thématiques ou questionnements qui vous concernent.  Vous avez fait un choix. Anodin ? Pas tout à fait… On a tous un conte qui nous parle, qui correspond exactement à la situation que l’on traverse. C’est notre conte de vie.  S’il nous parle, c’est parce qu’il résonne en nous et c’est pour cette raison que nous l’avons choisi. Mon rôle est de vous mettre sur la voie.

Aujourd’hui , je vous parlerai du Petit Chaperon Rouge.

Pourquoi ce conte ?  Parce qu’on est bien plus fort quand on a rencontré le loup – et non ce n’est pas seulement ce que vous pensez quoique …. –
Le loup,  cette partie si instinctuelle de nous-même.

Ce côté combatif et curieux qui nous incite à désobéir aux règles pour atteindre des profondeurs.

Pensez donc c’est dans son ventre que l’on va être changée à tout jamais. Mais auparavant,  que de questions il aura suscité en nous auxquelles nous aurons envie de répondre, et ce,  toute notre vie !

Il nous oblige à reconnaître les parties cruelles, sombres et à nous confronter avec la connaissance…Lorsqu’on émergera de son ventre, (comme pour une césarienne) on sera plus… forte,  plus sage ?
Il nous oblige à nous fixer des limites mais nous apprend aussi à les dépasser… et à savoir tuer ce qui nous dévore.
http://chaperon.rouge.online.fr/grimmfr.htm

 

Je me suis servie de ce conte pour accompagner une personne cet été.

C’est un des contes les plus populaires. Et la version des frères Grimm est exemplaire.

Et si je m’en sers au féminin, c’est aussi parce qu’il parle bien aux femmes et demoiselles.

Celles qui flânent en écoutant le loup et qui font bien ! C’est aussi pour parler du leadership au féminin que je l’utiliserais à nouveau dans les formations de cette année.

Le Chaperon Rouge se confronte à ce qu’on lui interdit de faire : flâner, faire des pas de côté, s’intéresser à tout ce qui fait la beauté de la vie : l’amour et la vie dont elle porte fièrement les couleurs mais aussi la mort… La profondeur, les mystères… Il ne fait pas bon y fureter et pourtant, elle y sera confrontée pour son plus grand bien.

Quand à ce grand loup qui la nargue, la trompe mais l’instruit aussi, est-il  comme Judas, indispensable à la réalisation du mystère ?

Ne représente-t-il pas nos peurs ? Ou plutôt ce qui nous empêche d’évoluer ou plutôt d’être nous-même et ce qui nous interdit de nous réaliser? Ces peurs qu’il nous faut rencontrer et vaincre ? Ces monstres en nous qu’il nous faut apprivoiser ? Rendre inoffensives au sein du ventre  ?

Une bataille qu’il nous faut remporter, sans se soucier de ce qu’on laisse, en y mettant toute notre vigueur ?

Une victoire obtenue finalement  grâce  au Chasseur,  notre allié (l’animus), celui qui nous rend combative et pugnace.

Rompre avec ses peurs autrement dit assimiler et digérer la force et la vitalité du loup, son appétit de la vie, sa vision acérée et en ingérer la substantifique moelle pour sortir victorieuse.

On ne ressort pas du loup comme on y est entré. On a acquis de la maturité, de la sagesse, de la patience et du courage.

Marie-Pierre Medouga

Coach de vie

contes de Grimm

contes de Grimm